Slide Slide Slide Slide Slide

Projets en cours



Discovery Grants Program : Universal Software Defined Avionic Receiver (SDAR) for Robust and Resilient Positioning, Navigation and Timing (PNT)

Chercheurs :

René Jr Landry

Date de commencement :

1er mai 2019

Durée du projet :

5 années

Description :

L’objectif principal de ce programme de recherche est d’étudier les avantages de la fusion entre les architectures et les nouvelles méthodes de développement d’un récepteur avionique universel définie par logiciel (SDAR). Des performances de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNS) robustes et résilientes sont recherchées surtout dans les environnements où le système mondial de navigation par satellites (GNSS) est inefficace pour tout type d’espace aérien. Le récepteur universel exploitera des signaux d’opportunité spécifiques (SoOP) sélectionnés pour répondre aux standards modernes en avionique et aux nouveaux besoins comme pour les systèmes sans-pilote, ce qui est un nouveau défi important. Les SoOP sélectionnés seront obtenus non seulement des infrastructures existantes telles que l’avionique (DME, TMS, ADS-B), ou d’autres comme la télévision et le réseau cellulaire, mais également de pseudolites aéronautiques de référence et systèmes de communication tels que Iridium Next. Pour intégrer ces nouvelles capacités, la première étape consistera à proposer une nouvelle architecture pour l’acquisition et la poursuite des signaux GNSS à base de nouvelles métriques associés aux signaux SoOP. Dans celle-ci, tous les signaux seront traités dans un système intégré, synchronisé et normalisé. La deuxième étape porte sur le développement des algorithmes avancés de traitement du signal numérique et des méthodes de fusion appliquées aux SoOP sélectionnées et en extraire les informations utiles pour assurer des PNS résilients. Concernant l’identification et la classification des SoOP mutli-fréquences, de nouvelles méthodes et modèles d’apprentissage seront développés afin d’intégrer ces signaux à divers algorithmes de positionnement. Pour valider le SDAR proposé, les algorithmes seront conçus, analysés puis testés au laboratoire sur des signaux RF enregistrés. Ensuite, les techniques développées et le prototype seront testés et validés dans un environnement réel, notamment en vol. Le SDAR universel développé dans le cadre de ce programme améliorera les récepteurs multi-GNSS et augmentera leurs capacités, tout en conservant la taille, le poids, la puissance et le coût (SWaP-C) au minimum, pour une solution efficace, économique et sécuritaire. Ce programme contribuera substantiellement au développement de la navigation par satellite, à la conception des récepteurs avioniques (PNS), à l’amélioration des applications de surveillance de la vie humaine avec aussi de nouvelles applications en aviation, en géolocalisation dans les milieux difficiles et à l’intérieur des bâtiments. En plus, les systèmes sans-pilote en milieu urbain, bénéficieront fortement des résultats de cette recherche tout en restant applicables aux systèmes avioniques actuels et futurs. Sa compatibilité avec l’avionique modulaire intégrée (IMA) de nouvelle génération améliorera l’authentification et la sécurisation des systèmes de communication, navigation et surveillances (CNS).


Partenaires :


Accéder à la liste des publications pour ce projet




Next Generation SDR Avionics for Communication, Navigation and Surveillance

Chercheurs :

R. Jr Landry (ÉTS, Lead), J-J Laurin (École Polytechnique de Montréal), F. Nabki (ÉTS), D. Deslandes (ÉTS)

Date de commencement :

1er septembre 2019

Durée du projet :

4 années

Description :

Le projet « nouvelle génération de radio logicielle avionique » pour la Communication, la Navigation et la Surveillance (CNS) appelé « NextGen SDAR » consiste à développer et à intégrer des modules radio logicielles avioniques (SDAM) dans une seule unité matérielle via une architecture robuste et optimisée. Ce projet fera usage de toutes les expériences et les connaissances acquises au cours des projets précédents du CRSNG AVIO-505 et AVIO-404, ainsi que leurs réalisations les plus significatives en proposant une architecture optimisée pour l’interopérabilité entre les différents SDAM. En plus, la collaboration stratégique avec des fabricants aéronautiques (Thales, ACSS, SII Canada et Bombardier) contribuera à optimiser l’architecture SDA pour qu’elle soit certifiable et prête pour le marché actuel de l’aviation en compatibilité avec la nouvelle architecture d’avionique appelée IMA (Integrated Modular Avionics). Toute la mise en œuvre sera effectuée conformément aux procédures de validation des fabricants tout en considérant les recommandations des experts d’ingénierie des systèmes. Cette architecture couvrira des fonctions avioniques modernisées telles que : le VHF Omnidirectional Range (VOR), Instrument Landing System (ILS), Tactical Air Navigation (TACAN), Distance Measuring Equipment (DME), Automatic Dependent Surveillance – Broadcast (ADS-B) In/Out, Transponder Mode-S (TMS), Wide-Band Radio (WBR) et radio altimètre, à usage civil et militaire. Le défi principal est de concevoir une « NextGEN SDAR » qui peut simultanément gérer de multiples fonctions avioniques critiques, mais aussi des fonctions avancées telles que : l’intégrité des signaux, les algorithmes d’authentification, la compensation des dégradations et la tolérance aux défauts tout en maintenant les exigences « Size, Weight, Power and Cost » (SWaP-C) au minimum. Comme retombées de ce projet, la mise en œuvre d’une solution fortement intégrée pour les systèmes avioniques CNS réduira systématiquement la longueur des câbles et le nombre de composants sur des aéronefs modernes. Enfin, cette solution sera adaptée aux potentielles évolutions des normes aéronautiques et sera aussi applicable aux aéronefs sans-pilote (UAVs).


Partenaires :


Accéder à la liste des publications pour ce projet




Projet R-PNT : Resilient Positioning, Navigation & Timing

Chercheurs :

René Jr Landry, Hamza Benzerrouk, Victor Douet

Date de commencement :

1er septembre 2018

Durée du projet :

2 années

Description :

Une nouvelle exigence au cours de la dernière décennie est le positionnement, la navigation et la synchronisation (PNT) au cours des opérations militaires et dans un environnement sans GNSS. Afin d’améliorer la taille, le poids et la puissance (SWaP) des équipements, le département de la Défense nationale du Canada recherche des systèmes offrant de meilleures performances, où le plus faible poids possible, une consommation électrique et une efficacité opérationnelle sont cruciales. Lorsque le signal GNSS est brouillé, les solutions PNT alternatives constituent un système de redondance appropriée, basé essentiellement sur des capteurs inertiels et des algorithmes de navigation à l’aveugle (dead reckoning). Ces technologies combinées à l’utilisation de signaux d’opportunité (SoOP) sont essentielles, notamment pour les opérations de ciblage, de reconnaissance tactique, de surveillance, de suivi en temps réel des soldats et/ou de mobiles, etc. Une solution robuste et fiable de PNT est nécessaire pour maintenir la capacité opérationnelle des forces militaires et la synchronisation avec les centres de commandement et les systèmes de gestion des armes.
L’objectif du projet est de fournir une solution complète multi-UMI (unité de mesure inertielle) pouvant ou non être combiné à un réseau de capteurs corporels (projet ibNav), une nouvelle solution technologique offrant une intégration multisensorielle plus avancée (accéléromètres, gyroscopes, magnétomètres, baro-altimètres, fréquence cardiaque, pression artérielle, etc.) et des algorithmes personnalisés. La fusion de données robuste (basée sur le filtrage de Kalman) permet de suivre la trajectoire des soldats en temps réel, les données de surveillance de la santé étant transmises en continu au terminal de contrôle du commandant. Plus que des capteurs inertiels, des algorithmes de podomètre, de capture du mouvement, un suivi du mouvement haute précision et une solution de navigation fiable sont maintenus grâce à l’utilisation de SoOP dans un environnement sans GNSS. Les algorithmes basés sur les mesures Doppler et les phases des porteuses de satellites LEO sont intégrées à la fusion de données Global-Body-Skeleton Multi IMUs (ibNav Project) afin de calculer la solution de PNT totale demandée lors de missions et d’opérations militaires critiques.


Partenaires :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet




Projet ibNav : Indoor Body Navigation

Chercheurs :

René Jr Landry, Hamza Benzerrouk, Victor Douet

Date de commencement :

1er septembre 2018

Durée du projet :

2 années

Description :

L’objectif de ce projet est de fournir une solution légère et modulaire pour la navigation intérieure avec la capacité de capture de mouvement 3D fluide en temps réel. Le système proposé et développé aura des capacités PNT à la fois pour des applications intérieures et extérieures, ainsi qu’une détermination précise de l’attitude des membres et une reconnaissance robuste des activités d’un individu. Un système de capteurs évolutifs/intelligents et un étalonnage IMU à l’exécution autonome seront utilisés dans le système pour améliorer ses performances. Les défis de ce projet comprennent : 1) une exploitation sans infrastructure externe ; 2) navigation à l’intérieur dans un environnement virtuel 3D ; 3) solution portable et à faible coût ; 4) haute précision de la navigation pendant au moins 1 heure ; 5) erreur de navigation inférieure à 30 mètres à partir d’une position connue, etc. Le système développé ouvrera la porte à plusieurs applications potentielles telles que le multimédia, les jeux en ligne, les soins de santé, la formation, l’entrainement, etc.


Partenaires :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet




GFS - GNSS For Space

Chercheurs :

René Jr Landry, Jérôme Leclère

Date de commencement :

1er juin 2017

Durée du projet :

2 années

Description :

Le thème de ce projet de recherche est l’acquisition très haute sensibilité des signaux GNSS, en particulier GPS et Galileo, dans un contexte de navigation dans l’espace. En effet, pour ce contexte il est nécessaire d’avoir une sensibilité très élevée pour plusieurs raisons : 1. À cause des distances en jeu qui sont beaucoup plus élevées que pour des utilisateurs terrestres ; 2. Du fait d’utiliser les signaux GNSS dans un cadre non prévu au départ et donc dans des directions où la puissance émise par les satellites est beaucoup plus faible ; 3. Compte tenu des dynamiques très variables (rapide en basse orbite et lente en orbite élevée).
Cette thématique, démarrée il y a longtemps, est actuellement fortement d’actualité avec la mise en service très prochainement des quatre constellations globales (GPS, GLONASS, Galileo, BeiDou). Cependant, c’est une thématique difficile, car des limites physiques s’appliquent et requièrent de réelles nouvelles stratégies pour une acquisition performante, efficace et flexible.
Le but de ce projet est donc de concevoir le design de l’acquisition d’un récepteur GNSS pour l’espace, qui soit à la fois flexible et performant. C’est-à-dire que le temps d’acquisition et les ressources utilisées soient le plus faible possible, que le récepteur doit être capable d’acquérir des signaux très faibles ou à fort Doppler, et qu’il soit capable de fonctionner de manière autonome ou d’utiliser une assistance.


Partenaires :


Accéder à la liste des publications pour ce projet




Next Generation e-Transponder (NGeT)

Chercheurs :

René Jr Landry

Date de commencement :

1er septembre 2014

Durée du projet :

2 années

Description :

Cette commandite de recherche entre MDA et l’ÉTS vient en appui à un effort de recherche collaborative pour développer des technologies innovatrices en télédétection et en modélisation terrestre destinées à surveiller les déformations superficielles de surface et les variations dans les pipelines en utilisant le radar à synthèse d’ouverture (en anglais : Synthetic Aperture Radar (SAR)). Plus précisément, le développement et la validation de concept des technologies pour les transpondeurs électroniques de prochaine génération permettent de détecter des signaux terrestres couplés à l’imagerie SAR, utilisés comme cibles ponctuelles durant l’analyse et l’interprétation des données. La corporation MDA et l’Agence Spatiale Canadienne (ASC) réalisent déjà conjointement un projet intitulé " Comprehensive Earth Observation-Based Pipeline Monitoring Approach ", sous l’égide du programme EOADP) " Earth Observation Application Development Program ". Ce présent projet de sous-traitance collaborative devra mettre en évidence la complémentarité de l’expertise, des compétences et des savoir-faire de MDA et de l’ÉTS, respectivement dans les systèmes par satellite SAR, les technologies et applications de télédétection par satellites pour d’une part la corporation MDA, puis d’une autre part pour l’ÉTS le traitement du signal et la conception de dispositifs électroniques pour le contrôle et la navigation par satellites.
Le rôle principal de l’ÉTS dans ce projet est d’apporter du soutien en géo-ingénierie et son expertise en recherche à l’équipe technique MDA pour :

  • Examiner et mettre à jour la conception de l’e-transpondeur, selon les requis technologiques ;
  • Fournir et intégrer des composants de développement et d’expérimentation ;
  • Effectuer les tests en laboratoire ;
  • Documenter les méthodes et les résultats, puis recommander les prochaines étapes.

Partenaires :


Accéder à la liste des publications pour ce projet




MassE de DOnnées de Conduite pour modélisation d’un feed-back incitant à la conduite sécuritaire selon les déplacements des automobilistes (MEDOC)

Chercheurs :

René Jr Landry, Patricia Delhomme (IFSTTAR) et Guillaume Saint-Pierre (IFSTTAR)

Date de commencement :

5 janvier 2015

Durée du projet :

2 années

Description :

Le projet de recherche MEDOC, mené par l’Ifsttar en collaboration avec l’École de technologie supérieure (ÉTS), est consacré à l’étude et l’analyse de la mobilité des automobilistes. Le rôle de l’ÉTS est de fournir 40 boitiers électroniques Micro-iBB que 200 automobilistes résidant en Ile de France, dans le département des Yvelines (78) ou dans différentes villes sélectionnées de l’Essonne (91), des Hauts-de-Seine (92) et du Val de Marne (94), installeront dans leur véhicule. Les données que le boitier enregistre devraient permettre de connaître la dynamique du véhicule et de la rapporter aux caractéristiques de l’infrastructure routière. Il s’agit ici d’une méthode innovante, complémentaire des approches épidémiologiques et expérimentales pour l’évaluation "avec interférence minimale" des comportements de conduite en milieu naturel, appelée généralement approche naturalistique. Cet équipement, combiné avec la tenue d’un carnet de bord, permettra d’enregistrer les comportements des véhicules, ainsi que les incidents que les participant(e)s auront déclaré avoir rencontrés lors de leurs déplacements. Ce projet apportera un éclairage sur les comportements de mobilité d’automobilistes au moyen de nombreuses variables liées à la dynamique du véhicule ou aux actions de conduite et au moyen d’un traitement « Big Data » a posteriori. Ces informations seront disponibles pour l’ensemble des trajets de 200 automobilistes, volontaires, pour une durée de deux mois chacun (hors pré-tests). La richesse de ces données est telle qu’il devrait être possible de mieux comprendre de nombreux comportements de conduite pour lesquels très peu d’informations étaient disponibles jusqu’à maintenant. Un changement de paradigme est alors envisageable concernant la mobilité plus sûre et plus éco-compatible des automobilistes.


Partenaires :


Accéder à la liste des publications pour ce projet


iMACGR - Cognitive Multi‐Antenna GNSS/INS Receiver Architectures and Methods for Indoor‐Denied Navigation

Chercheurs :

René Jr Landry

Description :

L’objectif principal est de résoudre les limites technologiques et les défis scientifiques liés à la navigation dite « refusée » par GPS dans les environnements intérieurs, de façon autonome, sans infrastructures externes (WiFi, GSM, RFID, etc.). De nouvelles architectures et méthodes de traitement numérique des signaux GNSS seront étudiées pour permettre la navigation à l’intérieur et la détermination de l’attitude spatiale d’un récepteur GNSS autonome évoluant avec des signaux de navigation satellites très faibles (appelés « intérieur »). Le programme exploitera notamment toute la redondance, les nouvelles caractéristiques et possibilités de ces signaux GNSS. La méthodologie retenue consistera d’abord à étudier les avantages de l’utilisation d’un récepteur GNSS multi-antennes ayant la capacité de traiter tous types de signaux GNSS de différentes antennes (ex. : 2 à 8). La diversité des fréquences et des signaux GNSS, le traitement avancé des signaux multi-trajets ainsi que des nouveaux algorithmes de haute sensibilité seront étudiés en utilisant une architecture universelle d’un récepteur GNSS à coeur ouverte et brevetée. Une deuxième approche sera basée sur les principes de la radio cognitive (CR) en télécommunication. Le récepteur intégré proposé sera dénommé récepteur GNSS cognitif multi-antennes (MACGR). Une troisième approche consistera à analyser les avantages de l’utilisation des mesures brutes de capteurs inertiels de très faible coût (gyroscope, accéléromètre et magnétomètre) combinée à un processus d’apprentissage adaptatif comme aide au MACGR. Les retombées des recherches en relation avec la navigation GPS dite « refusée » engendreront et s’intègreront à une industrie d’un potentiel de plusieurs milliards de dollars. Les résultats escomptés ouvriront la porte à de nouveaux domaines, applications et services. Ce programme contribuera aux nouveaux besoins des industriels en matière de guidage à l’intérieur, d’une sécurité accrue pour les premiers répondants, à de nouvelles applications en tourisme, au domaine médical, à la défense et à l’industrie du transport, etc. Les retombées seront également profitables à de nombreuses autres applications du génie, notamment en télécommunications et dans les sciences géomatiques.


Documents :



AVIO 601 - Interference Mitigation in Satellite Communication

Chercheurs :

R. Jr Landry (ÉTS, Lead), O.A. Yesté (ÉTS), W. Ajib (UQAM), B. Le (INRS), J-J Laurin (École Polytechnique), C. Nerguizian (École Polytechnique), Y.R. Shayan (Université Concordia)

Description :


Le projet vise à proposer de nouvelles approches pour détecter, mesurer, caractériser, localiser et éliminer en temps réel les interférences radio fréquences (RFI) présentes dans les systèmes de communication par satellites (SatCom). Agissant comme des stations relais, les satellites sont destinés à des applications scientifiques de surveillance, de télédétection, de télécommunications, de radionavigation, permettant d’offrir de nombreux services, civils ou militaires, à une échelle planétaire tels que la télévision numérique, la communication de données, les systèmes de navigation globale par satellites (GNSS), la surveillance météo, etc. Les SatCom sont de plus en plus exposés aux RFI. La course effrénée aux développements technologiques va contribuer à faciliter l’accès à l’espace, notamment par les pays émergents, augmentant du même coup le nombre de satellites en orbite. Ainsi la ruée vers plus de bande passante dans les transmissions satellitaires va accroître irrémédiablement les phénomènes de RFI. Compte tenu de la variété des sources et la sévérité des impacts des interférences radio fréquences, leur réduction représente un défi pour la communauté des chercheurs, des opérateurs et des fabricants de satellites. Une des visées stratégiques du projet AVIO-601 est de développer de nouvelles solutions de réduction et de suppression d’interférences plus efficaces utilisant des approches basées sur le traitement des signaux, la radio logicielle cognitive et les antennes reconfigurables. Dans cette optique, l’objectif majeur de l’équipe de recherche (16 étudiants et 3 professionnels de recherche) sera de développer, concevoir et d’intégrer des modules de détection, de localisation, de mesures, de caractérisation et de réduction des interférences afin de limiter leurs impacts négatifs sur les SatCom. De plus, une base de données dynamique des sources d’interférence sera développée et mise à jour en temps réel par les modules d’observation et de caractérisation des RFI. Les modules intégreront de nouveaux concepts de filtrage adaptatif, de cryptographie des signaux puis d’antennes adaptatives dans une architecture plus innovante et plus ouverte permettant notamment une gestion plus efficace du spectre de fréquences.


Partenaires :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet




Mission automatisée de maintenance sur site (AMOSS)

Chercheurs :

René Jr Landry

Date de commencement :

2 septembre 2013

Description :

L’idée du projet AMOSS est issue du projet AMOOS (Autonomous Mission for On-Orbit Servicing). Il s’agit d’un projet d’équipe réalisé lors du programme d’études spatiales (Space Studies Program : SSP) de International Space University (ISU) qui se déroulera sur le campus de l’École de technologie supérieure (Montreal, QC) de juin à aout 2014. Il propose des missions autonomes innovantes pour faire la maintenance de satellites opérationnels et réparer des satellites défectueux en orbite en utilisant des drones encore appelées UAV (Unmanned Aerial Véhicules). Ce projet est principalement dédié à la promotion de drones civils et à l’exploitation des retombées immédiates du projet AMOOS.


Collaborateurs :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet



Mission automatisée de Maintenance en Orbite des Satellites (AMOOS)

Chercheurs :

René Jr Landry

Date de commencement :

2 septembre 2013

Description :

Le Projet AMOOS a pour but de produire un plan d’affaire basé sur la conception et l’exploitation des missions autonomes de maintenance en orbite des satellites en utilisant des drones orbitaux (ou encore UAV pour Unmanned Aerial Vehicle). Il vise notamment à concevoir un scénario de simulations virtuelles afin d’apporter des preuves sur les capacités d’un drone à exécuter des missions robotisées et autonomes sur orbite terrestre basse (LEO), (a) techniquement, (b) économiquement, et (c) légalement. La faisabilité du projet sera prouvée en effectuant des missions virtuelles complètes en orbite (en simulation) synchronisées en temps réel avec l’exécution à échelle réduite de drones sur le terrain.

Ce projet permettra également d’effectuer l’identification de technologies spatiales capables de, (a) faire la maintenance en orbite de satellites en vue d’augmenter leur durée de vie opérationnelle, leurs performances ou de mettre à jour leurs fonctions ; (b) de transporter et déployer de petites charges utiles et secondaires en orbite terrestre basse, et (c) de capturer ou désorbiter des débris spatiaux et des satellites à l’abandon.

De plus AMOOS, permettra l’étude des menaces et les risques potentiels associés à l’utilisation de drones dans le cadre d’une exploration spatiale autonome mais également les retombées pour le civil : Étude de toutes les retombées économiques et environnementales dans le cadre de missions de services robotisées et autonomes utilisant des drones commerciaux.


Collaborateurs :


Documents :

CRIAQ AVIO509

Chercheurs :

Jean-François Boland

Durée du projet :

4 années

Description :

Le projet CRIAQ AVIO-509 est un projet de recherche sur la conception d’architectures avioniques modulaires et intégrées communément appelées IMA (Integrated and Modular Avionics). L’objectif principal de ce projet de recherche est d’explorer les méthodologies de conception de systèmes IMA et d’évaluer l’impact des décisions architecturales. Une plate-forme d’expérimentation sera développée pour permettre le prototypage de systèmes IMA. Une application de vision synthétique augmentée (ESVS) sera implémentée sur ce démonstrateur IMA. Les compagnies CMC Électronique et CAE inc. sont partenaires de ce projet ainsi que l’École Polytechnique de Montréal. Le projet est d’une durée de quatre années. (2011-2015).



Projet FSAR : Ultra-Precise and Robust Attitude Target Determination

Chercheurs :

René Jr Landry

Date de commencement :

1er mai 2013

Durée du projet :

4 années

Description :

L’objectif principal du projet est de développer des algorithmes avancés d’estimation d’attitude et d’inertie, des méthodes d’étalonnage de capteurs MEMS pour établir une estimation d’attitude robuste et précise en utilisant un capteur d’inertie MEMS à haute qualité combinée ou non avec un récepteur GPS dans un environnement extérieur. Le projet mettra l’accent sur les méthodes d’étalonnage, les techniques de compensation de température, la détermination précise de référence et la détermination de l’attitude de précision GPS à l’aide directe de la navigation par satellite.


Partenaires :


Documents :



Système de suivi de véhicules et diagnostique d’accidents

Chercheurs :

R. Jr Landry (ÉTS, Lead), D. Gingras (Université de Sherbrooke)

Date de commencement :

1er mai 2013

Durée du projet :

4 années

Description :

Cette recherche propose de combiner les mesures à partir d’un récepteur GPS de haute sensibilité avec des données provenant d’un système autonome de navigation inertielle et d’autres capteurs autonomes complémentaires tels que les odomètres et des magnétomètres. Par ailleurs, afin de fournir une solution abordable, le système cible sera basé exclusivement sur l’utilisation de capteurs à très faible coût. Il est prévu que ce projet aidera à réduire l’empreinte environnementale des véhicules automobiles, en plus, d’avoir un impact positif significatif sur la sécurité globale du véhicule.


Partenaires :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet




AVIO-505 : Radio logiciel pour une architecture hautement intégrée

Chercheurs :

R. Jr. Landry (ÉTS, Lead), M. Sawan (Ecole Polytechnique), A.Wessam (UQAM), F. Nabki (UQAM), F.Gagnon (ÉTS), C.Thibeault (ÉTS)

Date de commencement :

3 septembre 2012

Durée du projet :

5 années

Description :

Le projet prévoit l’intégration de systèmes multiples de navigation et de communication dans un seul matériel informatique. Cette intégration réduit l’encombrement du système et le poids avionique, réduit le nombre de composants, et intègrera plus efficacement du nouveau système de gestion de l’espace (ADS-B), réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre d’initiatives environnementales internationales. L’objectif est de numériser le signal de radiofréquence (RF) à proximité de l’antenne et pour transmettre le signal de bande de base à un poste de radio générique pour le traitement du signal numérique supplémentaire.


Partenaires :


Documents :

Accéder à la liste des publications pour ce projet


MethoRad : Méthodologie de conception, vérification et test des systèmes embarqués tolérants aux radiations cosmiques

Chercheurs :

Claude Thibeault (ÉTS Lead), Jean-François Boland (ÉTS), Yvon Savaria (Poly), Maarouf Saad (ÉTS), Yves Audet (Poly), Yves Blaquière (UQAM)

Description :

L’incessante réduction de la taille des transistors rend l’électronique généralement plus sensible à l’effet des radiations cosmiques, ce qui a un impact sur la fiabilité des systèmes embarqués sujets à ces radiations. Certains intervenants du secteur de l’aéronautique n’hésitent pas à identifier les radiations comme les causes de la recrudescence qu’ils ont notées quant au nombre de cas de dysfonctionnement d’équipements, dysfonctionnement qui disparaît après que les équipements fautifs aient été réinitialisés. L’objectif principal de ce projet est l’adaptation des méthodologies conventionnelles d’intégration (du design jusqu’au test) des systèmes embarqués afin de tenir compte de l’effet des radiations cosmiques sur les modules électroniques au niveau des requis de fiabilité, en présence de circuits programmables de type FPGA.


11488



COPYRIGHT© 2019 : Environnement géré par le système ReLAN V6.0